Groupe Renault
Mobilité électrique | 17 mai 2021

Feu vert pour la voiture électrique : des avantages significatifs

4 min
Certains atouts de la voiture électrique sont évidents de prime abord : simplicité d’usage, silence de conduite, réactivité, aucune émission à l’échappement… Pour autant, le véhicule électrique possède une large palette d’avantages que son conducteur ignore parfois. Tour d’horizon d’une technologie à qui l’avenir sourit.
par Renault Group

Des moteurs puissants et simples pour des voitures électriques durables

Il suffit de prendre en main le volant d’une voiture électrique quelques instants pour s’en assurer : elle dégage vigueur, agilité, et le tout en silence. Avec les années, les moteurs de véhicules électriques gagnent en efficacité, en puissance, et offrent une conduite de plus en plus fluide et agréable. Dans la gamme actuelle, Renault ZOÉ est proposée avec une motorisation R135 qui affiche une puissance de 100 kW (équivalent à 135 ch) et un couple de 245 Nm. Elle offre ainsi une grande aisance sur les routes.

Pour aller plus loin dans la performance, Renault a donné un aperçu de son futur groupe motopropulseur électrique – à l’occasion du dernier événement dédié à la mobilité Renault eWays – au sein de Mégane eVision. Ce show car tire également parti de la nouvelle plateforme CMF-EV (« CMF » pour Common Module Family et « EV » pour Electric Vehicles), grâce à laquelle l’efficience énergétique des prochains modèles sera encore optimisée.

Les voitures électriques vivent longtemps

Contrairement à certaines idées reçues sur la dégradation des batteries, la durée de vie d’une voiture électrique est confortable, et ne dépend pas uniquement de ses qualités intrinsèques.

Batteries : une longévité accrue

À ne pas confondre avec la performance à court terme de la batterie (capacité de chargement dont découle l’autonomie), la durée de vie de la batterie de la voiture électrique, comme de la voiture hybride rechargeable, dépend de nombreuses variables et de l’usage concret du véhicule. Pionnier de la mobilité électrique, le Groupe Renault estime la durée de vie de ses batteries – pour une utilisation automobile (c’est-à-dire sans compter les usages en seconde vie) –– à une dizaine d’années.

Au-delà même de sa durée de vie « automobile », la batterie peut connaître une seconde vie et s’avérer utile avant d’être recyclée. De nombreux dispositifs ont fait leurs preuves en matière de stockage stationnaire d’électricité, comme le programme Advanced Battery Storage porté par Renault. Les batteries issues de l’automobile peuvent en effet alimenter en électricité verte des infrastructures, des logements, voire même électrifier la propulsion de certains moyens de transport.

Des dépenses réduites à l’entretien

De par sa conception même, la voiture électrique possède moins d’organes mécaniques et moins de pièces d’usure. Même s’il requiert une expertise poussée en matière d’ingénierie et de fabrication, le fonctionnement d’un moteur électrique est relativement simple. Il n’est pas assujetti aux frottements mécaniques, ni aux échanges de flux liquides et gazeux, et ne requiert aucun échappement, ni lubrifiant. L’entretien du véhicule électrique est donc moins contraignant, les pannes plus rares, et les frais globalement réduits.

À ce gain sur les éventuelles réparations s’ajoutent bien sûr les économies réalisées au moment de la recharge par rapport au coût d’un plein de carburant. Enfin, à l’achat, de nombreuses aides et subventions gouvernementales ou locales sont proposées dans de nombreux pays.

Des aides financières à l’achat pour l’électrique

Au-delà du respect de normes européennes de plus en plus exigeantes vis-à-vis de l’efficacité énergétique dans les transports, la crise du Coronavirus pousse les gouvernements à accélérer encore leur marche vers la mobilité verte. Des plans d’investissement conséquents sont annoncés dans de nombreux pays, et le volet automobile de ces efforts financiers s’oriente vers la filière électrique. Une panoplie d’incitations fiscales visent à accompagner et soutenir la dynamique d’achat de véhicules électriques et hybrides. Par exemple, le gouvernement fédéral allemand a annoncé que le bonus écologique peut dorénavant atteindre 9 000 euros pour les véhicules électriques dont le prix de vente est inférieur à 40 000 euros. En France, les montants du bonus écologique et de la prime à la conversion ont été revus à la hausse, tandis que le Royaume-Uni a annoncé vouloir élargir l’accès aux subventions aux taxis, camionnettes, deux-roues, et favoriser les véhicules hybrides comme électriques pour anticiper la mise hors circulation des véhicules thermiques à l’horizon 2030.

Des mesures supplémentaires s’ajoutent encore : certains gouvernements offrent une prime pour l’installation d’une borne de chargement à domicile. C’est le cas en Autriche, par exemple, qui a triplé sa gratification pour la porter à 600 euros*.

Ni émissions de CO2 ni fumées polluantes à l’échappement

Bien sûr, la voiture électrique ne connaît pas les inconvénients d’un moteur thermique : aucune particule de CO2, d’hydrocarbures, aucune fumée, aucune odeur… bref : zéro émission**. Il est même possible d’alimenter son véhicule avec une énergie 100 % renouvelable : en sélectionnant un fournisseur d’électricité verte qui peut installer une borne à domicile, en récupérant l’énergie produite par un équipement photovoltaïque ou en rechargeant sa voiture sur une borne publique alimentée en énergie renouvelable. Ce cercle vertueux est déjà une réalité sur l’île de Porto Santo, véritable smart island visant à l’autosuffisance énergétique.

Une autonomie du véhicule en hausse

La voiture électrique affiche des performances accrues en matière d’autonomie et de puissance année après année. Et la batterie électrique offre un atout indéniable : la possibilité de faire le plein (d’électricité !) à domicile, ou à l’extérieur pendant chaque stationnement.

Des batteries plus performantes

Outre le gain de confort que représente la recharge à domicile, le temps de charge s’amenuise grâce aux avancées technologiques perpétuelles dont bénéficient les batteries. Comme Renault l’a démontré avec la recharge en courant alternatif ou en continu de Renault ZOÉ, les constructeurs cherchent à optimiser en permanence les modes de recharge et la durée de charge. Par ailleurs, des applications mobiles, comme MY Renault, permettent de piloter la recharge de sa voiture : recherche des bornes, anticipation des recharges, préparation du trajet, etc.

Dans le même esprit d’innovation, des programmes de recherche ambitieux et prometteurs se multiplient en Europe et à travers le monde pour augmenter encore la densité énergétique des batteries, c’est-à-dire, le rapport entre la quantité d’énergie stockée et le volume occupé par la batterie. L’optimisation permanente de la chimie et de l’agencement des modules au sein de la batterie sont à l’origine de ces progrès continuels, comme Renault l’a prouvé avec la batterie Z.E. 50 qui équipe ZOÉ.

Des bornes de recharge plus nombreuses et plus puissantes

La technologie de recharge rapide se démocratise pendant que le maillage des bornes de recharge, de plus en plus nombreuses, progresse. Des programmes d’investissement sans précédent sont en cours dans le domaine, avec l’objectif d’atteindre un million de bornes publiques d’ici à 2025 et trois millions en 2030 au niveau européen. En France, le gouvernement a avancé à 2021 l’« Objectif 100 000 bornes » dont les signataires se sont engagés au déploiement des infrastructures de recharge sur le territoire. Des initiatives de « corridors » routiers jalonnés de points de recharge rapide sont lancées, notamment en Allemagne, en France et au Bénélux. Avec une enveloppe de 3,5 milliards d’euros, le gouvernement fédéral allemand ambitionne d’équiper chaque station-service d’une borne de recharge d’ici à 2030. L’objectif est d’atteindre au global le million de bornes installées dans le pays d’ici à 2030, dont 50 000 d’ici à fin 2021. Dotés de nombreux réseaux privés, les Pays-Bas sont, à ce jour, les meilleurs élèves d’Europe en la matière avec en moyenne 19 points de rechargement pour 100 kilomètres de routes***.

Tout en s’appuyant sur les qualités qui sont les siennes depuis ses débuts, la mobilité électrique se développe d’année en année sous l’impulsion de l’ensemble des parties prenantes : constructeurs automobiles, acteurs du secteur de l’énergie, opérateurs d’infrastructures, pouvoirs publics, etc. Dans un contexte d’essor des nouvelles mobilités (avec notamment l’autopartage), et de durcissement des réglementations pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire la pollution en ville, le véhicule électrique apporte des solutions aussi concrètes que prometteuses.

 

* Source : Reuters

** Ni émissions de CO2 ni polluants atmosphériques réglementés lors de la conduite, hors pièces d’usure.

*** Chiffres Statista

Copyrights : Renault Italie, LEMAL Jean-Brice

À lire aussi

Stockage d’électricité : les différentes méthodes
Mobilité électrique

Stockage d’électricité : les différentes méthodes

10 juin 2021
Voir plus
Tout savoir sur la voiture hybride rechargeable
Mobilité électrique

Tout savoir sur la voiture hybride rechargeable

10 juin 2021
Voir plus
Tout savoir sur la recharge de la voiture hybride rechargeable
Mobilité électrique

Tout savoir sur la recharge de la voiture hybride rechargeable

09 juin 2021
Voir plus