Renault Group

L'histoire de Dacia

À la fin des années 60, à 120 km de Bucarest, près de Mioveni, naissait la marque Dacia, fruit d’une coopération mise en place entre l’état roumain et le constructeur français Renault. À l’époque, Mioveni n’était qu’un petit village, et l’usine, créée en 1943 pour fabriquer des moteurs et des équipements aéronautiques, était dimensionnée pour produire seulement 40 000 véhicules par an.

Les débuts de l'usine

Colibaşi

L’histoire de l’usine commence en 1943, dans les abords du village de Colibaşi, situé à 12 km nord de Piteşti (ville située elle-même à environ 140 km au nord-ouest de Bucarest).

Brașov

Les premiers bâtiments sont initialement destinés à la fabrication de moteurs et d’équipements pour les avions de chasse produits à l’époque à l’usine IAR de Brașov. Certaines de ces constructions en briques rouge sont encore reconnaissables à ce jour sur le site.

UPAC

Après la guerre, ces bâtiments servent de dépôts de munitions jusqu'en 1949 puis ils sont aménagés pour la réparation de locomotives. En 1952, l’usine se spécialise dans le domaine de la fabrication de pièces pour des camions et tracteurs. En 1963, l’entreprise, connue initialement sous le nom des « Usines Vasile Tudose », devient l’Usine de Pièces Auto Colibasi (UPAC).

Renault 12

En 1965, les autorités roumaines décident de développer une industrie automobile nationale. La solution retenue est celle d’une fabrication sous licence, étant donné le manque d’expérience locale dans le domaine. Plusieurs constructeurs sont approchés, dont Renault, qui remporte l’appel d’offre avec un véhicule encore au stade de prototype : la Renault 12.

Le contrat avec RNUR

Le 6 septembre 1966, à Bucarest, est signé le contrat cadre entre l’état roumain et la Régie nationale des usines Renault (RNUR) pour une durée initiale de 10 ans. 10 jours plus tard, le 16 septembre 1966, la décision est prise de construire la future usine auto à Colibaşi, tout près des bâtiments de l’usine existante d’UPAC.

La solution intermédiaire

Dans la mesure où la R12 ne doit sortir en France qu’en fin d’année 1969 (elle est présentée au Salon de l’Automobile de Paris en octobre 1969), le contrat prévoit la fabrication temporaire d’un autre véhicule de même type. Si la R16 semble au début le modèle préféré par la partie roumaine, la décision finale sera prise en faveur de la R8 (version Major), surtout pour des raisons de coût.

1968 : Le début de la production

Les travaux de construction de l’Usine Automobile de Pitești commencent début 1967 et seront achevés une année plus tard, en mai 1968. Les premières R8 Major sortent de la chaîne de production à partir du 3 Août 1968, sous le nom de Dacia 1100.  Etymologiquement, le nom de la marque vient de Dacie, territoire qui correspond à l’actuelle Roumanie dans l’antiquité

Le premier modèle - Dacia 1100

L’inauguration de l’usine a lieu le 20 Août 1968, en présence du chef de l’état roumain, Nicolae Ceausescu. Dacia 1100 sera produite jusqu’au début 1972 à un peu plus de 37 000 exemplaires.

1969 - Lancement de Dacia 1300

L'événement majeur de cette année 1969 est le lancement commercial des premières R12 roumaines à partir du mois d'octobre, sous le nom Dacia 1300. Le modèle s’avérera un véritable succès commercial tant en Roumanie, que dans d’autres pays limitrophes, où le véhicule sera exporté à partir de 1971. Autre moment marquant de l’année 1969, la fusion des deux usines existantes à Colibaşi – UPAC et UAP, sous le nom UAP.

1973 - Dacia 1300 Break

Une version Break de la Dacia 1300 est commercialisée en 1973, trois ans après le lancement du modèle équivalent de Renault. Cette Dacia 1300 devient la base de plusieurs versions VP et VU qui totaliseront plus de deux millions d’exemplaires fabriqués en 35 ans.

1975 - Les premiers utilitaires

En 1975 est lancé un premier dérivé utilitaire de Dacia 1300, intitulé Dacia 1302.

1975 - Les premiers utilitaires

Cette même année, Dacia commence la production, en petite série, du fourgon Estafette. Par ailleurs, l’usine produit à l’époque des boîtes de vitesses et des trains avant et arrière pour cette Estafette version Renault, assurant ainsi les devises nécessaires à l’achat des équipements industriels.

Fin de l'accord avec Renault

Après la fin du contrat signé en septembre 1966, les autorités roumaines reprennent les négociations avec Renault. Celles-ci aboutissent, en juin 1978, à un projet d’accord-cadre ayant pour objet la fabrication et le montage de la Renault 18 en Roumanie. Cet accord ne sera finalement pas signé, malgré les prévisions très favorables pour la partie roumaine. Ce tournant de l’histoire laisse l’usine de Piteşti seule avec une gamme dont la production est maintenant presque à 100 % intégrée localement.

Les années 80

Au début des années 80, l’entreprise, dont le nom a été changé en Intreprinderea de Autoturisme Piteşti (IAP), produit 300 véhicules par jour et emploie plus de 20 000 personnes.
La gamme évolue avec le lancement d’une version restylée de Dacia 1300, appelée dorénavant Dacia 1310. Ce véhicule va connaître au fil des années plusieurs évolutions au niveau du design mais aussi de la mécanique. Malheureusement, la qualité de fabrication diminuera considérablement après 1980.

1983 - Dacia 1304

En 1983 est lancé le premier vrai pick-up Dacia. Ce modèle, d’une charge utile de 1 000 kg, sera décliné dans une version plateforme et, plus tard, dans une version double cabine, qui jouira d’un grand succès commercial.

Les dérivés de Dacia 1310

Durant les années 80, Dacia développe deux dérivés de la gamme 1310, avec une version sport, qui jouira d’un certain succès en Roumanie, et une version bicorps, Dacia 1320, qui, elle, aura une vie très brève, de trois ans, avec seulement 2 500 exemplaires vendus.

Après 1990

La 1325 Liberta, une évolution de la 1320, est commercialisée en 1991. Sans grand succès, malgré son nom, emblématique de la nouvelle ère qui s'annonce pour le pays. Ce modèle ne sera produit qu’à raison de 5 200 exemplaires jusqu’en 1996.

1992 - Un nouvel utilitaire

Dacia 1309, une version dérivée de la 1310 Break, à plateforme ouverte à l’arrière, sort en 1992. Ce véhicule astucieux sera destiné surtout à l’export, majoritairement vers la Chine. Sa production permettra à l’usine de dépasser la crise du début des années 90, qui voit le marché automobile roumain s’effondrer de plus de 40% en seulement deux ans. Ce modèle, d’une charge utile de 1 000 kg, sera décliné dans une version plateforme et, plus tard, dans une version double cabine, qui jouira d’un grand succès commercial.

1995 Dacia Nova

En 1995, un modèle entièrement nouveau apparaît au catalogue de la marque : la Nova. C'est un modèle bicorps muni d'un hayon arrière, de conception Dacia, et doté du moteur qui équipe déjà les véhicules de la gamme Dacia depuis 25 ans.

Dacia Nova évolue

L’année suivante, en 1996, Nova 524 corrige les défauts du hayon de la première version et la remplace progressivement.

1999 Dacia devient une marque de Renault Group

À la fin des années 90, au terme d’une négociation difficile, un nouvel accord est conclu entre Dacia et Renault. Le contrat est signé le 2 Juillet 1999 et prévoit l’industrialisation, à l’horizon 2004, d’un véhicule à 6 000 dollars (la future Logan), destiné au pays émergents. Renault Group achète pour 50 millions de dollars 51% des actions Dacia et s’engage à des investissements à hauteur de 219 millions dollars jusqu’en 2003.

« Lors de deux voyages en Russie, j’ai visité des concessions de marques occidentales et un centre de distribution qui vendait annuellement plusieurs milliers de Lada bien équipées pour un prix de 6 000 dollars. Ces modèles étaient techniquement périmés mais ils répondaient à une demande locale. C’est en revenant de ces voyages qu’est né le projet de la voiture à 5 000 euros qui devait être un véhicule tricorps, de taille moyenne et destiné à un usage familial. »

Louis Schweitzer
P-DG de Renault Group de 1992 à 2005

La modernisation de l’usine

L’objectif de produire un véhicule à 6 000 dollars (ou 5 000 euros après 2002) va impliquer une restructuration profonde du site de Pitesti. De nombreux chantiers se déroulent en parallèle, pour moderniser l’outil industriel, introduire le Système de Production Renault, former les opérateurs, etc. La modernisation de l’usine se traduira par une amélioration assez rapide de la qualité de production.
Modernisation de l'usine

2000 - SupeRNova

En Octobre 2000, est lancée Dacia SupeRNova, équipée d’un groupe motopropulseur Renault. C’est le premier modèle fabriqué par Dacia après la reprise par Renault. SupeRNova devient rapidement un succès de ventes sur le marché local. Au total, plus de 60 000 exemplaires seront produits jusqu’en 2003.

2002 - Le Pick-Up Diesel

Fin 2002, la gamme d’utilitaires Dacia est équipée du moteur Diesel F8Q. Cette évolution, très attendue par les clients roumains, donne un coup d’accélérateur aux ventes des véhicules utilitaires Dacia.

2003 - Solenza

Dacia Solenza est lancé en mars 2003. Elle reprend initialement la motorisation de SupeRNova. A partir de septembre 2003, ce modèle disposera aussi d’une version Diesel, avec le moteur F8Q, qui équipe déjà les utilitaires de la marque. Solenza inaugure aussi un nouveau logo. Solenza représente une véritable répétition générale avant le lancement, l’année suivante, du véhicule à 5 000 euros, connu déjà sous le nom de code X90.

2004 - Logan, le pari gagnant

Le modèle qui va relancer la marque Dacia est présenté à la presse internationale le 2 juin 2004. Les premières livraisons auront lieu en Roumanie, à partir du 9 septembre 2004. Les objectifs de ventes seront dépassés dès la première année, grâce à la forte demande des clients. Par la suite, Renault décidera de vendre le modèle également en Europe occidentale.

L’expansion internationale

En 2005, afin d’accompagner le déploiement international du projet X90 (sous badge Dacia et badge Renault) dans des pays comme la Russie, la Colombie ou l’Iran, à Mioveni est inauguré le centre d’exportation CKD, le plus grand centre logistique de Renault Group à l’époque. Parallèlement, pour répondre à la demande commerciale, la capacité de production de l’usine est augmentée progressivement, pour atteindre 350 000 unités/an vers la fin de la décennie.
Modernisation de l'usine

2006 - Logan MCV

Le premier dérivé de la gamme Logan est présenté en mars 2006 eu Salon de Genève. Disponible en deux configurations – en 5 et 7 places, Logan MCV surprend la presse internationale et s’impose comme un grand succès de ventes surtout en Europe occidentale.

2007 - Logan VAN

Après la sortie de fabrication de la gamme d’utilitaires, basée sur la R12, Dacia réinvestit le marché des véhicules utilitaires avec une fourgonnette dérivée de Logan MCV.

2008 - Logan Pick-Up

Pour succéder à la gamme 1304/1305, très appréciée en Roumanie, Dacia lance un pick-up développé sur la base de Logan. Le modèle sera par la suite produit en Afrique du Sud, sous la marque Nissan.

2008 - Sandero

La citadine bicorps Sandero complète la gamme Dacia à partir de 2008. Ce modèle qui sera très prisé par les clients, jusqu’à devenir numéro un des ventes à particuliers en Europe ! Avec son lancement, Dacia inaugure une nouvelle identité visuelle et un nouveau logo de marque.

2009 - Sandero Stepway

Au Salon de Barcelone 2009, Dacia présente, sous l’appellation Stepway, une déclinaison au look baroudeur de Sandero. Avec son design spécifique et sa garde au sol rehaussée, cette version s’imposera par la suite comme un vrai succès sur tous les marchés de la marque.

2010 - Duster, le off-road pour tous

Avec le lancement de Duster, Dacia propose un modèle qui répond parfaitement aux nouvelles tendances sur le marché européen. Le succès sera au rendez-vous. Le SUV Dacia deviendra le premier modèle de la marque (hors variantes de caisse) à être produit à plus de 1 million d’exemplaires.

2012-2017 : Les temps modernes

2020 : Une gamme renouvelée

Avec Nouvelles Sandero, Sandero Stepway et Logan, Dacia renouvelle son offre sur le segment des citadines et des compactes polyvalentes. Elles utilisent une nouvelle plateforme modulaire CMF-B qui leur permet un véritable bond en avant en termes de modernité. Cette plateforme est un élément-clé du futur de Dacia, car elle servira au développement de l’ensemble des modèles à venir.
Gamme renouvelée

2021 - Spring, la révolution électrique

Avec le lancement de Spring, Dacia ouvre un nouveau chapitre dans son histoire et propose la citadine 100% électrique la moins chère du marché. Il s’agit du tout premier modèle électrique de Dacia, mais également de sa première petite citadine. Dacia Spring se destine à une clientèle de particuliers mais aussi aux flottes, et notamment à celles des opérateurs d’auto-partage.

2021 - Dacia dévoile sa stratégie pour les 5 prochaines années

À l’occasion de la présentation par Renault Group du plan stratégique Renaulution, Dacia dévoile sa stratégie pour les cinq prochaines années. Le concept Dacia Bigster offre un premier aperçu de l’évolution de la marque, qui se propose d’investir à l’avenir de nouveaux horizons, dont le segment C.